• Morgane

Louis Badie | Sophrologue | Art-thérapie | Marseille | Nice | PACA | France

Mis à jour : sept. 8

Louis Badie, sophrologue, réconcilie le corps et l’esprit de ses clients. L’homme est passionné d’art et pleinement tourné vers l’humain. C’est avec bienveillance qu'il raconte son parcours et dévoile la pratique de son métier. Rencontre.


« Ecoute ce que ton corps te chuchote, cela t‘évitera de l’entendre crier »

Louis Badie a d'ailleurs eu l'occasion de présenter son activité au Musée National du Sport à Nice, en novembre dernier, dans le cadre du séminaire "Santé et bien-être au travail" organisé par le secrétariat général pour les affaires régionales (SGAR) de la préfecture de région Provence-Alpes-Côte d'Azur.


Le micro de Morgane : Louis Badie, cela fait 6 ans que vous exercez la sophrologie au soleil. Avant cela vous étiez journaliste à Paris. Quel parcours avez-vous suivi pour venir à exercer la sophrologie ?

Louis Badie : 26 ans de journalisme à Paris, l’effervescence des médias, je me suis régalé ! Puis comme nombre d'entre nous, j’ai eu mon lot d’épreuves personnelles qui m'ont permis de donner un nouveau sens à ma vie. Aujourd'hui, ce qui est important pour moi, c’est de prendre soin des autres. Et pour cela, il m’a d’abord fallu prendre soin de moi-même… J’ai décidé de changer de vie radicalement ! J’ai repris mes études, obtenu mon diplôme inscrit au Registre National de Certification Professionnelle, et j’ai déménagé à Marseille où j'exerce la sophrologie au sein d'un centre médical.


Le micro de Morgane : La sophrologie est une méthode psychocorporelle. Avez-vous des protocoles privilégiés ?

Louis Badie : La base de ma pratique repose sur l’empathie, l’écoute et le non jugement. Quand un client vient me consulter pour la première fois, je lui dis souvent :

« vous n’avez pas un corps, vous êtes un corps ». Déjà un pas vers la conscience de soi. En Occident, l’humain est « intellectualisé ». Tout est filtré par le mental et nous éloigne insidieusement de nos propres ressentis. C’est pourtant le corps qui traduit nos troubles psychiques, nos tensions, nos douleurs. Il nous envoie en permanence des signaux qu'il ne tient qu'à nous d'apprendre à écouter. J'accompagne progressivement mon client vers le « lâcher prise » qui commence toujours par le corps. L’objectif est de l’aider à prendre du recul face à ses difficultés en nous intéressant à ce qui va bien chez lui, autour de lui. Ainsi, à son rythme, je l’amène à puiser dans ses propres ressources pour vaincre et retrouver l'harmonie dans son Etre.


Prenez le temps de prendre soin de vous !

Le micro de Morgane : Selon vous, quels rapports entretiennent l’art et la thérapie ?

Louis Badie : L'art-thérapie existe, c'est une preuve ! Je peins aussi, ce qui me permet d'exprimer une autre facette de ma personnalité. D'ailleurs, j'expose mon travail tout le mois de mai à Marseille. Mais mon art « premier », c'est le bien-être des autres. J'interviens également en oncologie, dans un centre dédié aux personnes atteintes d'un cancer à Aix-en-Provence. La sophrologie se révèle ici un merveilleux outil d'accompagnement. Le patient apprend à accepter la maladie et à se prendre en charge lui-même. Ce qui contribue à l'amélioration de son état de santé.

( #sophrologie #thérapie #nice06 #nicefrance #marseille #paca #art)

© 2020 - lemicrodemorgane.com - Tous droits réservés - Mentions légales : directeur de la publication / responsable de la rédaction : Morgane Bihoreau